Réussir sa visite chez le vigneron

Partager

Le retour des beaux jours attise la venue des amoureux du vin dans les villages alsaciens. Les caveaux de dégustation deviennent propices aux rencontres entre vigneron et consommateur ; l’occasion de déguster, et de comprendre le jus de raisin fermenté. En quête de quelques bouteilles, ou dans l’espoir de remplir sa cave à vin, chacun fait provision de ce qui fait chanter ses papilles. Petit précis d’une visite réussie.

Avant de sillonner joyeusement la Route des Vins d’Alsace, évitez les mauvaises surprises en faisant des recherches. Le profil d’un domaine viticole est unique. Au-delà d’une expertise pour un blanc ciselé ou un rouge tannique, tous n’ont pas les mêmes moyens d’accueil. Certains dévoilent des caveaux modernes avec une personne désignée à la vente. Chez d’autres, le vigneron reçoit entre deux cuves en fermentation. Dans tous les cas, trouvez une adresse qui colle à vos envies, et appelez avant de passer. Ainsi, vous serez accueilli au mieux.

À destination, développez vos connaissances en définissant le caractère aromatique des vins avec votre hôte, écoutez les recommandations d’accords, et prenez des notes ! La pluralité des goûts contribue aux subtilités du monde du vin. Dans cet esprit, certaines cuvées vous plairont plus que d’autres. Il importe de partager poliment votre ressenti, et d’éviter les recommandations personnelles. Lors de la dégustation, n’hésitez pas à cracher le vin dans le crachoir prévu à cet effet. Soyons clairs, vos premières fois manqueront d’élégance.

Pour les plus curieux, certains domaines proposent de visiter le chai : l’endroit où le vin prend vie et est élevé jusqu’à la mise en bouteilles. Outre des tuyaux et des pompes, on y retrouve couramment des tonneaux. Malgré les ohhh ! qu’ils suscitent, admirez-les avec les yeux, mains dans les poches. En d’autres mots, ne cognez pas dessus. Pendant la visite, témoignez votre intérêt en posant des questions. Votre guide sera plus heureux de partager son quotidien avec un visiteur qui avoue ne pas y connaître grand-chose, plutôt qu’avec celui qui étale son savoir.

Au terme de votre immersion, faites provision des vins qui vous ont accroché un sourire, et ce, sans vous ruiner. Les bouteilles qui collent à votre budget auront toujours meilleur goût que celles qui, remplies d’attentes, ont fait du mal à votre tirelire. Rappelez-vous que, vis-à-vis de la concurrence internationale grandissante, la fidélité que vous témoignerez à votre vigneron alsacien est le plus beau des mercis.

#