Trinquer au grand air… selon Jessica Ouellet

Partager

« Quand les jours fricotent avec le solstice d’été, je vote pour le bonheur ordinaire du pique-nique »

J’aime le dehors. Respirer le grand air, et le sent-bon des fleurs. J’aime le dehors lors des beaux jours certes, mais aussi quand le ciel se rebelle. Petite, j’écoutais le bruit des orages et de la pluie depuis notre terrasse couverte. J’en profitais pour calculer la distance de l’intempérie, et capturer des effluves de terre mouillée. Dès que la température le permet – croyez-moi pour une Québécoise ça peut venir vite – je préfère m’alimenter auprès de Dame Nature. Quand les jours fricotent avec le solstice d’été, je vote pour le bonheur ordinaire du pique-nique. L’idée de faire prendre le grand air à un bout de quiche m’accroche inlassablement un sourire. Comme si la pâte feuilletée – ou brisée, c’est un autre débat – goûtait meilleure mangée en tailleur. Bref, j’aime les pique-niques. Curiosité personnelle et déformation professionnelle y ajoutent généralement un bien boire. Au fil de ces petits évènements, j’ai appris quelques astuces au sujet des bouteilles trimballées dans un panier.

En prévision d’un repas en plein air, on cuisine – généralement – de quoi manger avec les doigts ou du moins avec un minimum d’artillerie. Appliquez cette envie de praticité aux liquides qui composent votre joyeux festin. Si cela est possible, optez pour une capsule à vis, ou une bouteille d’effervescent. Cela vous évitera de manger en injuriant un tire-bouchon.

Le doux son du POP accompagné de bulles tièdes, ça ne fait pas battre des cœurs. En d’autres mots, on pense à refroidir sa bouteille avant de quitter son chez soi. Si le départ est imminent, imbibez quelques feuilles de sopalin avec de l’eau froide. Enroulez délicatement la bouteille dans le papier mouillé et hop, au congélateur. L’eau contenue dans l’essuie-tout se refroidira très rapidement et le vin sera influencé par la chute de température qui l’entoure. Comptez une vingtaine de minutes, et vous serez prêts. Sauf une soudaine envie de granité, il sera inutile de laisser le vin au congélateur très longtemps. Le petit plus pour la route ? Un manchon refroidisseur de bouteille. Loin de moi l’idée de vous pousser à la consommation, mais ce petit accessoire vous vaudra certainement un petit clin d’œil des convives.

Entre les cakes salés, les sandwichs, la salade de thon et la tarte aux fruits de saison, le bon manger du pique-nique est simple – mais néanmoins délicieux – et souvent varié. Dans le verre, on évite les bouteilles chères à votre cœur et/ou à votre portefeuille. Plutôt blanc, rouge, ou couleur princesse ? Pensez simple, frais, et gouleyant. Malgré l’excellence de certains rouges charnus, ils seront certainement plus opportuns avec un civet de cerf, ou un hachis parmentier. Dans le même ordre d’idées, il est certainement possible de se régaler entre un verre d’Yquem, une tarte tatin, et une couverture à carreaux. Vous apprécierez mieux toutefois l’accord des deux premiers à l’aide d’un verre adapté.

À ce sujet – et de grâce – évitez les gobelets en plastique. Bien que légers, peu coûteux, et incassables, ils n’amplifieront certainement pas les qualités du contenu. Afin d’honorer la bouteille choisie, plusieurs options existent. Il y a les verres à vin en acier inoxydable, ou en acrylique. Il y a ceux avec un pied dévissable. Il y a aussi ceux en verre, mais sans pied. Bien qu’imparfaites – rien ne vaut un véritable verre adapté en cristal – les solutions nomades permettent de sauver le coup et d’ajouter une touche de chic à votre repas sur l’herbe.

Les recommandations énumérées ne sont que des pistes pour profiter pleinement de votre dégustation. Rappelez-vous que le monde du vin comporte plus d’exceptions à la règle qu’une grammaire française. Lors d’un pique-nique, laissez le caractère résolument convivial du vin guider vos choix. Parce que le petit bonheur des repas au grand air, c’est aussi de pouvoir manger du salé, du sucré, puis encore du salé. Et prendre le temps de faire valser son nez dans le sent-bon des fleurs.

#