Temps restant : 4 min

Vous avez retrouvé l’équipe de France de Fed Cup après deux ans d’absence. Que vous inspire le résultat des demi-finales contre la Roumanie jouées à Rouen ?
– J’ai effectué mon retour face à la Belgique puis lors de la demi-finale contre la Roumanie. On s’attendait à une rencontre très disputée, compte tenu du fait qu’Halep était dans l’équipe et que les autres joueuses jouent bien également. Il se trouve que j’avais fait une préparation de deux semaines sur terre battue en Espagne en vue de la Fed Cup et bien sûr du reste de la saison sur terre battue. Je savais que j’allais être un peu fatiguée… Alors, les premiers jours, je n’ai pas tapé la balle, mais je savais que j’allais être parfaitement préparée pour cette rencontre. Ça a été une bataille acharnée, Halep qui était à la tête de cette équipe roumaine voulait absolument se qualifier pour la finale, mais nous avions aussi des arguments et voulions le même résultat.

 Le parfum de la victoire ça motive, parce qu’on a toujours envie de gagner.

On savait qu’il fallait ramener trois points et ça a été fait. J’ai gagné mon premier match, j’ai ensuite fait un gros match contre Halep, et puis Pauline a ramené un point. Ça s’est joué sur le double décisif après une rude bataille contre l’équipe roumaine.

Sur le plan sportif, qu’est-ce qui vous motive le plus dans vos matchs en équipe de France ?
– Face à la Roumanie, mais également à Liège face à la Belgique, c’était un retour pour moi, donc c’est vrai que c’est toujours un peu difficile après deux années. On avait joué la finale en 2016, je revenais et on ne savait pas trop ce qui allait pouvoir se passer donc on s’était préparé du mieux possible. Après, la vraie grosse différence avec les tournois du circuit, c’est le public, un public partisan, avec une ambiance qu’on ne retrouve pas, même sur les grands chelems. Les matchs par équipe ça donne une ambiance tout à fait particulière, avec des fans et supporters très impliqués !

Cela fait maintenant dix ans que vous êtes entrée sur le circuit pro. Alors que vous faites partie des meilleures joueuses mondiales, le plaisir de jouer et la motivation sont-ils toujours intacts ?
– Je n’ai pas compté, mais si c’est le cas, il y a dix ans c’était vraiment les tous premiers matchs, peut-être un ou deux dans l’année, qu’on appelle « professionnels » mais en réalité ce sont des ITF plutôt intermédiaires. Alors bien sûr c’est un long chemin, pour aller au plus haut niveau. Je joue depuis l’âge de six-sept ans, je fais des tournois depuis l’âge de huit-neuf ans, et je suis donc pro depuis environ dix ans. La motivation c’est d’abord le plaisir du sport, j’aime ce sport et quand je suis sur un court je me régale, c’est le plaisir du jeu ! Après il y a tout ce qui va avec, le parfum de la victoire ça motive, parce qu’on a toujours envie de gagner.

Plus spécifiquement concernant les IS, dans quelle mesure ce tournoi vous permet-il de poursuivre votre préparation sur terre battue après Madrid et Rome en vue de Roland-Garros ?
– Les Internationaux de Strasbourg, effectivement, sont l’étape juste avant Roland Garros ; c’est intéressant parce que la terre battue est préparée exactement comme à Paris, et si le temps est ensoleillé, comme souvent quand nous sommes venues, c’est une parfaite répétition pour aller ensuite Porte d’Auteuil. En plus le tournoi est très sympathique, beaucoup de monde y assiste et l’accueil est vraiment très bon. Ça fait aussi plaisir de jouer en France, c’est toujours agréable de retrouver le public français !

Vous avez signé votre meilleure performance à Roland-Garros en 2017 en vous hissant en quarts de finale. Le public vous soutiendra pour faire encore mieux cette année. Comment abordez-vous cette édition 2019 du Grand Chelem français ?
– Chaque année je fais tout pour progresser. Cette année nous avons fait un stage très intensif sur terre battue en Espagne, assez tôt avant le début de la saison, en avril et là je me sens prête, vraiment préparée pour tenter de faire un grand tournoi, avec le soutien du public français. J’ai hâte de voir aussi les nouveaux courts, je suis vraiment impatiente et je vais donner mon maximum…

Encore + Non classé

Tout Or Norme format poche

Restez connectés avec l’Art, la Culture et les projets Or Norme.

  • Télécharger dans l'AppStore
  • Disponible sur Google Play

Or Norme : tous les jours.

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières actualités strasbourgeoises.