Temps restant : 3 min

 

C’est un des restaurants parmi les plus surprenants ouverts depuis quelques années à Strasbourg. Célia et Maxime en sont à l’origine. Mais c’est Madame qui est en cuisine et Monsieur en salle. La Méditerranée, elle, est partout…

 

Aujourd’hui âgée de 29 ans, Célia raconte volontiers cette vocation précoce qui l’a saisie à Mulhouse, dont elle est originaire : « Mon petit rêve était d’ouvrir avec mon père une ferme-auberge tant la gastronomie m’a très tôt intéressée. Puis, après le bac, j’ai entamé des études de psychologie. Mais, très vite, j’ai bifurqué vers ma passion en entrant à l’Ecole hôtelière d’Illkirch. J’ai ensuite fait mes classes dans le restaurant d’un hôtel quatre étoiles d’Ajaccio avant de rejoindre La Citadelle, un restaurant deux étoiles à Metz. Juste le temps de me rendre compte que ce type de grande cuisine n’était pas fait pour moi … »
Arrivée à Strasbourg pour rejoindre le restaurant La Corde à Linge, Célia gravira tous les échelons pendant deux ans jusqu’à devenir responsable de la cuisine de l’établissement de la Petite France. Au passage, elle y fera la connaissance de Maxime, manager de la salle, devenu depuis son compagnon et qui préside aujourd’hui au service du Caillou, leur restaurant, ouvert depuis trois ans rue de la Chaîne. Aucune passion particulière pour la minéralogie n’a présidé au choix du nom du restaurant : le caillou est aussi le surnom des objectifs utilisés par les photographes. L’autre passion de Célia est archi présente dans la déco des lieux, avec des raretés au niveau des boitiers…

Une cuisine « vraie »…

Une personne, bien que totalement invisible, compte pour beaucoup dans le succès du Caillou. « C’est ma nonna », dit Célia avec une grande tendresse dans la voix et avec cet accent italien gorgé de soleil. « Ma grand-mère, celle dont je me suis inspirée pour cette cuisine méditerranéenne avec laquelle je me sens tellement en accord. Les vongole du Caillou (des petits coquillages, coques et palourdes, avec des pâtes, du parmesan, beurre, persil et huile d’olive avec un zeste de vin blanc -ndlr) sont sa recette à elle… »
Et les clients en redemandent, le succès de cette cuisine très parfumée ne se dément pas. « Rien ne nous fait plus plaisir que de les entendre nous remercier avec des mots comme « c’était excellemment cuisiné, c’était généreux, bravo !« . On fait évoluer la carte quatre fois par an, au rythme des saisons, nos plats du jour à midi et nos suggestions plaisent. Nos clients ont compris que notre cuisine est « vraie » car tout est frais et fait maison. Ils savent qu’au Caillou, on ne chipote pas et qu’on aime les choses simples et bien cuisinées. Encore une fois, comme la cuisine de ma nonna… », renchérit Célia.
Un autre ingrédient concourt au succès de cet établissement qui a réussi en aussi peu de temps à faire sa place dans le contexte très concurrentiel de Strasbourg. À l’image de sa cuisine, on y vient aussi pour vivre un excellent moment, comme chez soi. « C’est le plus beau compliment qu’on puisse nous faire », dit Célia. « On a sans cesse l’obsession de faire encore mieux, d’être toujours plus réguliers en tout. Alors, des clients qui sont un peu comme chez eux et qui nous le disent, on adore…! »

5, rue de la Chaîne, Strasbourg
Tél. 03 88 32 00 92
restaurantlecaillou.fr
Fermé dimanche et lundi

Encore + Or d'œuvre

Tout Or Norme format poche

Restez connectés avec l’Art, la Culture et les projets Or Norme.

  • Télécharger dans l'AppStore
  • Disponible sur Google Play

Or Norme : tous les jours.

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières actualités strasbourgeoises.