Temps restant : 6 min

Émilien Denner est né avec le printemps, un 21 mars à Strasbourg, comme un certain Ayrton Senna. Plutôt destiné au basket, il y a deux ans, il n’avait jamais touché un volant. Aujourd’hui, à 16 ans, il est l’un des meilleurs pilotes de kart au monde, il court chez CRG (comme Hamilton ou Schumacher avant lui), au plus haut niveau de ce sport très exigeant. Il défie des pilotes âgés de 20 à 35 ans, là où s’épanouissent les futurs grands champions, ceux que l’on retrouve en Formule 1.

Le jeune Strasbourgeois vient de remporter sa plus belle victoire, avant la suivante. C’était en avril à Lonato Del Garda en Italie : une vitesse incroyable, une gestion de course digne des plus expérimentés, premier du début à la fin et pour finir la Marseillaise qui résonne quand les moteurs sont coupés. « Personne n’a réussi à me chercher », dit Émilien avec le regard gorgé de certitudes, comme ceux qui savent que rien ne les fera dévier de la bonne trajectoire, celle de la gloire. Pour l’atteindre, il disputera les championnats d’Europe cet été et les championnats du monde avec un objectif clairement identifié, même si cela paraît follement prématuré, rester devant.

Des débuts prometteurs

Son papa, Éric est un vrai passionné de sports mécaniques, son père, le grand-père d’Émilien, disputait des courses de côte. Éric a baigné dans le milieu des odeurs d’essence et de cambouis, il ne rate pas un grand prix de F1, soit à la télé, soit parfois sur place. Sans imaginer un avenir mécanique pour son fils, lorsqu’il était bébé, il habillait Émilien avec des tee-shirts Ferrari.
Il y a trois ans, Éric prend la gestion d’un circuit international de karting à côté de Karlsruhe. Émilien est un ado comme les autres, il ne porte aucun tee-shirt rappelant les sports mécaniques. Pendant l’été 2016, il passe son temps à jouer sur sa PlayStation. En août, il vient, à contrecœur, donner un coup de main sur la piste. Pendant un mois, il distribue les feuilles de chrono, il enregistre les clients, la mine renfrognée d’un ado contrarié. Chaque soir, Éric lui suggère de faire un tour avec un kart grand public, mais Émilien refuse. Trois jours avant la fin des vacances, il sympathise avec un jeune allemand ; ils parlent de Pokémon GO avant que son nouvel ami lui propose de rouler avec lui. Par timidité, pour ne pas le décevoir, Émilien accepte et prend le volant. C’est la révélation. Il roule vite, très vite. Il ne lui faut pas beaucoup de temps pour réaliser le record du tour, le meilleur sur vingt mille clients, c’est aussi spectaculaire qu’incroyable. À partir de ce moment-là, Émilien, comme touché par la grâce, n’a qu’une obsession, il souhaite accéder à la compétition. Encore plus de vitesse, plus de finesse de pilotage, sur une machine de 30 chevaux, le résultat est le même, il est toujours très à l’aise.

Une progression spectaculaire

Alors, il ne s’arrête pas là, sa nouvelle passion l’anime de la tête aux pieds, il passe à la catégorie reine où se battent des pilotes adultes très expérimentés, le vivier de la Formule 1. Sur une machine de 50 chevaux, il encaisse 4g dans chaque virage, c’est éprouvant physiquement, mais Émilien n’a peur de rien, il roule au feeling, il sent instinctivement comment entrer dans les virages, comment freiner, accélérer, rouler « fin » comme il dit. Pendant plusieurs semaines, il améliore ses chronos et le voilà dans le championnat allemand. Après les trois premières étapes, il est deuxième du général. C’est tellement spectaculaire que son père l’inscrit dans des courses internationales.

Un phénomène qui veut écrire l’histoire

Depuis quelques mois, il dispute le Championnat du monde KZ avec un kart qui passe de 0 à 100 en deux secondes quatre, exactement comme en F1. Ceux qui réussissent à ce niveau ont tous commencé à cinq ou six ans, ils accumulent de l’expérience pendant de longues saisons. Pas Émilien. La presse allemande le nomme « le jeune prodige français ». En Angleterre on parle d’une « ascension historique dans le sport mécanique ». Giancarlo Tinini, le PDG de CRG – Kali Kart, l’écurie d’Émilien, la référence mondiale des grands champions comme Michael Schumacher, Lewis Hamilton ou Marc Vestappen, dit qu’en 30 ans de carrière de haut niveau, il n’a jamais vu un pilote se développer aussi vite. Les mots de Jonathan Thonon, 6 fois champion du monde dans la même catégorie confirment que le jeune Strasbourgeois est un phénomène : « Ce qu’il réalise en si peu de temps est surnaturel, impossible, mais lui, il le fait, je suis impressionné par son talent. Je suivrai sa route vers l’histoire. » Il a bien compris qu’Émilien allait écrire l’histoire, la grande.

 

L’argent, le nerf de la course

Le père et le fils sont unis dans une aventure aussi soudaine qu’extraordinaire. Éric suit Émilien partout, il s’occupe de tout l’administratif et de la recherche de l’argent, le nerf de la course. Pour l’instant sans-le-sou, il roule néanmoins sur les traces des plus grands, et si tout va bien, cela signifie surtout si les finances suivent, il réalisera ses rêves : « C’est très compliqué financièrement, l’argent est au-dessus du talent, les écuries ne financent pas tout. Pour courir, il faut arriver avec ses sponsors ou avoir un compte en banque bien garni », explique Éric Denner.

La F1 à l’horizon

Le jeune homme est inscrit au CNED pour ses études à distance depuis six mois, un mode de vie qui lui va bien. « Émilien est très solitaire, presque dénué de sentiment, une froideur incroyable parfois » dit son père. Sa personnalité construit peu à peu le pilote qu’il devient, un pilote doté d’un gros mental, « Denner d’acier », un cerveau bien équipé pour aller loin et respecter son plan de carrière : l’an prochain il fera des tests en F3 avant d’y courir en 2020 et 2021. La F1 est à l’horizon 2024 au plus tard. Émilien peut rêver d’une voiture rouge, habillé de la combinaison de l’écurie au cheval cabré comme quand il était bébé dans sa poussette, bien avant de prendre les commandes de sa vie.

Encore + Or Piste

Tout Or Norme format poche

Restez connectés avec l’Art, la Culture et les projets Or Norme.

  • Télécharger dans l'AppStore
  • Disponible sur Google Play

Or Norme : tous les jours.

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières actualités strasbourgeoises.