Temps restant : 6 min

Au pied du géant

 

A force de l’apercevoir de votre balcon par temps clair vous avez fini par vous dire qu’il fallait aller le voir de plus près et un beau matin vous avez acheté un billet de bus direction le Mont Fuji.

Emblème du Japon, celui qu’on appelle aussi Fujisan, culmine à quelques 3776 mètres d’altitude et est en réalité un volcan toujours considéré comme actif. Moins de deux heures de route et vous arrivez à la petite ville de Kawaguchiko, au bord d’un des cinq lacs formant le parc national de Fuji-Hakone-Izu. Vous êtes ici au camp de base des marcheurs qui vont tenter l’ascension et toute la petite station grouille de touristes.

Venus des quatre coins du Japon et du reste du monde, vous croisez des connaisseurs, motivés et équipés, pour qui le Mont Fuji est le saint Graal de la grimpette. Vous, vous êtes en short et baskets et vous avez simplement prévu de prendre un téléphérique pour admirer le vieux colosse de pierre qui trône juste devant vous. En vous baladant dans la ville, parfait exemple de l’architecture touristique des années 70, vous passez devant pléthore de magasins de souvenirs, gadgets et attrape-touristes à l’effigie du volcan. Du sous-verre à la bouteille de parfum en passant par le t-shirt (« Fujidas », reprenant le nom et logo d’une célèbre marque de sport), tout à la forme d’un cône. Même chose pour les restaurants qui s’appellent tous Fuji quelque chose et qui vous promettent la meilleure vue qui soit, même s’ils tournent le dos à la montagne !

Le commerce est prospère, et vous voyez des gens qui se fondent dans le décor, en achetant la panoplie du grimpeur avec en bonus un beau bâton de marche d’1,50m surmonté d’un drapeau nippon. Vous, vous demandez bien comment ils le feront rentrer dans leur valise à la fin du séjour…

Vous vous vous contentez de monter dans une cabine, entouré de 20 Chinois pour arriver à un point de vue (boutique-restaurant) où l’on vous indique exactement où vous positionner pour prendre la photo parfaite. Après avoir manqué de vous faire éborgner trois fois par une perche à selfie, vous décidez de vous éloigner du troupeau, surtout qu’il y a un petit autel plus haut, à une dizaine de minutes de marche.

Slalom entre les perchemen

Une fois arrivé, après une petite prière, vous constatez qu’à part vous il n’y a personne et, oh surprise, vous avez une vue imprenable sur la star. Malheureusement, le temps s’est couvert, impossible de distinguer le sommet. Qu’à cela ne tienne, vous avez tout votre temps et profitez de cette quiétude pour attendre que le vent débarrasse les nuages.

Au bout d’une heure, voilà Fujisan qui dévoile toute sa splendeur, vous laissant tout le loisir de prendre de beaux clichés. L’affaire dans la boîte et l’estomac dans les talons, vous retrouvez vos « perchemen » et reprenez le téléphérique.

A la recherche d’un restaurant, vous apprenez vite qu’à la montagne on se couche tôt, mais alors, très tôt. Passé 18h30, difficile de trouver quelqu’un pour vous servir. Après plusieurs tentatives vous trouvez enfin une gargote qui accepte de vous servir des tempuras (beignets de fruits de mer et de légumes). Il faudra vite les manger car à peine servi, le patron éteint brièvement les lumières pour les rallumer de suite, façon subtile de vous faire comprendre qu’il faut avaler fissa votre dîner.

A traîner dans cette station déjà presque endormie, vous vous dites que vous boiriez bien un dernier coup en contemplant le Mont Fuji. A la nuit tombée, on peut en effet distinguer les torches de ceux qui montent, comme un chapelet lumineux sur les contreforts du volcan (le top étant d’arriver au sommet quand le soleil se lève). Heureusement, il reste les kombinis, toujours ouverts, eux. Vous rentrez dans un Lawson, vous vous dirigez vers les frigos et au moment où vous saisissez une canette de bière, un Français vous interpelle : « vous aussi vous êtes là pour la montée ? » – « Non, moi je suis là pour la descente ! ».

 

Lire l’épisode 1

Lire l’épisode 2

Lire l’épisode 3

Lire l’épisode 4

Lire l’épisode 5

> Lire l’épisode 6

Lire l’épisode 7

Lire l’épisode 8

Lire l’épisode 9

Lire l’épisode 10

Lire l’épisode 11

Lire l’épisode 12

Lire l’épisode 13

Lire l’épisode 14

Lire l’épisode 15

Lire l’épisode 16

Lire l’épisode 17

Lire l’épisode 18

Lire l’épisode 19

Lire l’épisode 20

Lire l’épisode 21

> Lire l’épisode 22

Lire l’épisode 24

Encore + Or Piste

Tout Or Norme format poche

Restez connectés avec l’Art, la Culture et les projets Or Norme.

  • Télécharger dans l'AppStore
  • Disponible sur Google Play

Or Norme : tous les jours.

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières actualités strasbourgeoises.