Temps restant : 8 min

L’Agence tourisme

 

Vos amis d’Alsace étaient donc là, vous les avez cherchés un matin à l’aéroport, assommés de questions et d’annonces de visites pour la semaine à venir alors qu’eux ne rêvaient que d’une douche et d’une bonne sieste. Premier contact avec la rigueur japonaise, vos amis s’étonnent de la propreté et du silence dans le métro, ils ne sont pas au bout de leurs surprises. Vous les laissez à leur logement et repartez au passage avec une petite valise pleine de cadeaux d’Alsace, une mini épicerie fine qui fait chaud au cœur même si manque un bon munster (qui n’aurait évidemment jamais passé les douanes).

Une fois tout le monde débarbouillé, vous commencez votre travail de guide touristique, direction le quartier de la mode, Shibuya, histoire que vos visiteurs en prennent tout de suite plein la vue, foule, écrans géants et musique de publicités compris. Le lendemain, vous avez prévu une visite plus culturelle, temple bouddhiste (où vos amis apprennent à prier) puis parc où vous découvrez, complètement ébahis, un véritable marché de Noël, avec cabanons en bois, tartes flambées et vin chaud ! Pour le dépaysement, vos amis repasseront même si sur le coup, vous, vous êtes content d’être dans cette ambiance qui vous rappelle Strasbourg. Vos amis ont encore du mal à se faire à ce nouveau fuseau horaire et vous marchez beaucoup, tout le monde tombe de fatigue le soir venu.

Arrive pourtant le soir de Noël où, même à l’autre bout du monde, la magie opère et où vous faites la fête dans un bar. Cette nuit-là, pas de baeckeoffe, mais un riz au curry qui réveille les esprit (et les intestins). Pour le 25 vous aviez prévu une surprise (votre cadeau aux jeunes mariés), une journée à Disneyland Tokyo, histoire de retourner un peu en enfance. Succès garanti, vos amis sont conquis. Beaucoup de monde, évidemment (les Japonais adorent l’univers Disney) même si certains ne sont là que pour voir la parade, quitte à camper littéralement sur le circuit du parc, avec chaise pliable, couverture et plateau-repas. Pour ne pas perdre son temps, vous voyez ainsi une demoiselle en robe de Cendrillon qui révise tranquillement ses cours en attendant le passage de Mickey ; à nouveau la rigueur japonaise.

Le reste de la semaine suit son cours entre balades et shopping, vos amis ont pris le pli nippon, serrent à gauche dans les escalators et chuchotent dans le métro. Niveau régime alimentaire, ils se sont faits facilement au menu type avec même de vrais coups de cœur comme ces desserts à la pâte de riz, à la mangue et à la crème (vu que l’on n’avait pas eu de vacherin le 24…). Milieu de semaine, visite obligatoire du marché aux poissons de Tsukiji (même si personne n’a voulu vous accompagner manger des huîtres) et le soir, vous les emmenez dans un petit izakaya loin de sentiers touristiques. Assis autour d’un comptoir où l’on tient à peine à huit personnes, ils découvrent alors la gentillesse des Japonais (et leur amour pour la France) et comprennent un peu mieux ce que vous êtes venu faire là. Fin de semaine, vous montez avec eux au dernier étage de la Mairie de Shinjuku, pour un point de vue exceptionnel sur la ville puis vous allez voir le robot géant de l’île d’Odaïba. Vos amis sont désormais fans du Japon et répètent sans cesse : « imagine ça en France ! ». Mission accomplie pour le tour operator (en espérant que cela fera des émules en France et que d’autres copains voudront venir).

La semaine est passée, voilà déjà le soir du Nouvel An, là encore, vous préférez le traditionnel au coin à la mode (du moins pour le début de soirée) et partez tous célébrer le passage en 2018 dans un temple. Vous assistez à une cérémonie, puis, entourés de locaux, vous vous recueillez devant un grand feu où l’on brûle des sotoba, les planches de bois sur lesquelles sont inscrits les noms des morts (ceux qu’on leur donne après le passage dans l’autre monde). Émus, on se tient la main sans oser parler quand soudain, deux Japonais vous accostent et vous proposent de partager avec eux le premier saké de l’année, il est déjà minuit passé. Ragaillardis par l’alcool de riz, vous décidez d’aller continuer la nuit dans un club en plein centre où d’autres amis vous attendent.

Au point du jour, après avoir récupéré en catastrophe leurs valises, vous laissez vos Alsaciens sur le quai, direction l’aéroport. On pleure un peu, on s’embrasse, on espère se revoir bientôt ici ou en France. De retour chez vous, un peu triste, vous trouvez dans la boîte aux lettres, une carte de vœux d’amis tokyoïtes (l’éternelle rigueur japonaise), l’année commence bien.

> Lire l’épisode 1

> Lire l’épisode 2

> Lire l’épisode 3

> Lire l’épisode 4

> Lire l’épisode 5

> Lire l’épisode 6

> Lire l’épisode 7

> Lire l’épisode 8

> Lire l’épisode 9

> Lire l’épisode 10

> Lire l’épisode 11

> Lire l’épisode 12

> Lire l’épisode 13

> Lire l’épisode 14

> Lire l’épisode 15

> Lire l’épisode 16

> Lire l’épisode 17

> Lire l’épisode 18

> Lire l’épisode 19

> Lire l’épisode 20

> Lire l’épisode 21

> Lire l’épisode 22

> Lire l’épisode 23

> Lire l’épisode 24

> Lire l’épisode 25

> Lire l’épisode 26

> Lire l’épisode 27

> Lire l’épisode 28

> Lire l’épisode 29

> Lire l’épisode 30

> Lire l’épisode 31

> Lire l’épisode 32

> Lire l’épisode 33

> Lire l’épisode 33

> Lire l’épisode 34

> Lire l’épisode 35

Lire l’épisode 36

 

Encore + Or Piste

Tout Or Norme format poche

Restez connectés avec l’Art, la Culture et les projets Or Norme.

  • Télécharger dans l'AppStore
  • Disponible sur Google Play

Or Norme : tous les jours.

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières actualités strasbourgeoises.