Temps restant : 9 min

Prendre de la hauteur

Toute la journée vous avez patiemment attendu que le soleil décline pour pouvoir vous rendre dans un endroit un peu particulier : l’observatoire du World Trade Center Tokyo (oui, le nom fait un peu grincer des dents). Cet imposant building de 163 mètres de haut est un des tous premiers du Japon mais sa particularité tient surtout en son dernier étage, qui forme un long couloir avec une vue à 360° (enfin, plutôt 270 car désormais un autre building, construit juste à côté, masque une des faces). Un observatoire, un de plus me direz-vous, sauf que celui-ci, payant, est peu fréquenté des touristes (qui lui préfèrent souvent celui de la mairie de Shinjuku, gratuit, et qui, il faut l’admettre, culmine à quelque 39 mètres de plus).

Le lieu est donc très calme et attire surtout des photographes (souvent professionnels, avec trépieds et déclencheurs) ainsi que … des amoureux ! Il y a en effet des canapés et des fauteuils, le tout sous un éclairage tamisé et avec comme fond sonore, du jazz, l’endroit parfait pour un rendez-vous galant. Mais vous n’êtes pas venu pour roucouler, vous, vous êtes là pour observer cette incroyable ville qu’est Tokyo et voir le soleil se coucher sur elle laissant apparaître une myriade de lumières, comme un décor de science-fiction. Ici, on embrasse (presque) la totalité de la ville et ses 23 arrondissements et ce jusqu’à l’océan avec au loin l’île artificielle d’Odaïba, bien visible avec sa grande roue désormais parée de néons multicolores.

les Japonais ont décidément un truc avec l’amour et l’altitude

Reconstruite après les bombardements de la Seconde Guerre mondiale, Tokyo n’a bénéficié d’aucun plan d’urbanisme public, émergeant ainsi du sol de façon quasi anarchique. Même chose pour l’esthétique des constructions, qui là encore n’est soumise à aucune restriction, ce qui fait le bonheur des architectes audacieux. La topographie de la ville est donc déroutante de prime abord mais c’est aussi tout ce qui fait son charme (sauf quand vous cherchez une adresse précise). Des maquettes et panneaux d’informations vous permettent d’ailleurs de réviser votre connaissance des bâtiments emblématiques de la ville, sortes de points de repère à partir desquels se situer à tout moment.Il y a certains immeubles d’affaires ou des hôtels, aux formes bien distinctives comme par exemple le Park Hyatt et son enfilade de triangles mais aussi et surtout les tours symboliques de la ville et véritables attractions, la Tour de Tokyo et la Tokyo Skytree.

La première, copie éhontée de notre bonne vieille Tour Eiffel, a ouvert en 1958 et s’élève à 332,6 mètres. Peinte en blanc et orange, elle brille la nuit grâce à ses 176 ampoules (qui changent de couleur lors d’événements, comme à la St Patrick par exemple, elles deviennent alors vertes). C’est une tour d’émission mais aussi un lieu touristique qui comporte même un petit temple shinto dédié à la réussite aux examens, la protection sur la route et … la chance en amour (les Japonais ont décidément un truc avec l’amour et l’altitude).

La Tokyo Skytree, elle, est plus récente (2008) et bat des records d’altitude car elle fait presque le double de sa collègue, soit 634 mètres de hauteur. Là encore, elle sert de radiodiffuseur et d’attraction avec en son sein rien de moins qu’un planétarium et un aquarium ! Le nez collé à la vitre, vous recomposez ainsi la ville, quartier par quartier. Vous en oubliez presque de faire une photo, hypnotisé par la pulsation des lumières rouges indiquant aux avions et hélicoptères les quatre coins du sommet de chaque gratte-ciel. Seul dans le noir, vous prenez le pouls de cette mégalopole du futur et aimeriez presque voir un vaisseau de Star Wars atterrir sur un des héliports. Un cliché pour la chronique ; il est temps de redescendre retrouver le fourmillement de la rue et de laisser les amoureux se bécoter.

> Lire l’épisode 1

> Lire l’épisode 2

> Lire l’épisode 3

> Lire l’épisode 4

> Lire l’épisode 5

> Lire l’épisode 6

> Lire l’épisode 7

> Lire l’épisode 8

> Lire l’épisode 9

> Lire l’épisode 10

> Lire l’épisode 11

> Lire l’épisode 12

> Lire l’épisode 13

> Lire l’épisode 14

> Lire l’épisode 15

> Lire l’épisode 16

> Lire l’épisode 17

> Lire l’épisode 18

> Lire l’épisode 19

> Lire l’épisode 20

> Lire l’épisode 21

> Lire l’épisode 22

> Lire l’épisode 23

> Lire l’épisode 24

> Lire l’épisode 25

> Lire l’épisode 26

> Lire l’épisode 27

> Lire l’épisode 28

> Lire l’épisode 29

> Lire l’épisode 30

> Lire l’épisode 31

> Lire l’épisode 32

> Lire l’épisode 33

> Lire l’épisode 33

> Lire l’épisode 34

> Lire l’épisode 35

> Lire l’épisode 36

> Lire l’épisode 37

> Lire l’épisode 38

> Lire l’épisode 39

> Lire l’épisode 40

> Lire l’épisode 41

> Lire l’épisode 42

> Lire l’épisode 43

> Lire l’épisode 44

> Lire l’épisode 45

> Lire l’épisode 46

> Lire l’épisode 47

> Lire l’épisode 48

> Lire l’épisode 49

> Lire l’épisode 50

> Lire l’épisode 51

> Lire l’épisode 52

> Lire l’épisode 53

> Lire l’épisode 54

> Lire l’épisode 55

> Lire l’épisode 56

> Lire l’épisode 57

> Lire l’épisode 58

> Lire l’épisode 59

Encore + Or Piste

Tout Or Norme format poche

Restez connectés avec l’Art, la Culture et les projets Or Norme.

  • Télécharger dans l'AppStore
  • Disponible sur Google Play

Or Norme : tous les jours.

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières actualités strasbourgeoises.