Temps restant : 4 min

Une famille en or

Habituée de Tokyo (elle était venue vous voir à peine vous étiez installé), votre sœur avait prévu de longue date de revenir pour le début de l’été, accompagnée cette fois de quelqu’un. Un compagnon ? Une amie ? Le projet était resté suspendu dans l’air jusqu’à ce fameux coup de fil où elle vous lâchait tout de go : « je viens avec papa ». Celle-là vous ne l’aviez pas vu venir !

A bientôt 60 ans, votre père n’est pas franchement un globe-trotter et vous l’imaginiez mal au Japon, lui qui n’a jamais pris l’avion. Et pourtant, après quelques jours de réflexion et, sous l’impulsion de votre mère et de votre sœur, il a dit oui. Ce sera le cadeau de ses 60 ans justement, aller voir son fils à Tokyo. Surpris mais surtout heureux quand on vous a annoncé la nouvelle, il faut avouer qu’ensuite vous étiez quelque peu anxieux. Est-ce que ça va lui plaire ? Va-t-il réussir à s’acclimater ? Va-t-il aimer la nourriture ? Des questions parfois profondes, souvent triviales mais toujours légitimes pour qui va accueillir un être cher.

un peu de simplicité dans leur rigueur quotidienne.

Évidemment, la veille de leur arrivée vous n’avez pas dormi et c’est les yeux rouges et le sourire aux lèvres que vous avez pris dans vos bras sœur et père à l’aéroport. Moment magique et qui fait retomber toute la pression, à peine l’accolade finie et les larmes discrètement essuyées vous savez d’ores et déjà que vous allez passer une fantastique semaine. Car si votre père n’est pas un aventurier il a en revanche une qualité qui transcende toutes les cultures : il est d’une extrême gentillesse. Vous aurez ainsi l’occasion de vous rendre compte qu’un sourire ou un geste valent tous les cours d’anglais ou d’ethnologie possibles. Si votre sœur a prévu ses tenues jour par jour suivant les quartiers à visiter afin d’éviter le fashion faux pas, votre père lui, est chez les Nippons comme chez lui, à l’aise. Pas d’équipement de touriste donc, c’est mains dans les poches qu’il vous suit, vous questionne et aborde les Japonais.
Porté par une spontanéité désarmante, votre père parle en français à tout le monde, aide une dame à porter sa valise, siffle dans la rue et fume sur le trottoir, autant de comportements déroutants pour les Japonais (voire interdits pour ce qui est de la cigarette) mais qui jamais ne vexent. Là où le protocole et les règles de bienséance figent tout au Japon, votre père fait quant à lui preuve de bon sens et d’empathie, tout simplement. Votre sœur, elle, lève les yeux au ciel et tente de corriger le tir en anglais mais il est trop tard, Japonais et Japonaises sont déjà sous le charme et sourient eux aussi, appréciant un peu de simplicité dans leur rigueur quotidienne.

Us et coutumes

Le séjour file, entre les visites de temples et les déjeuners dans les parcs. Votre sœur dévalise les boutiques et fait le plein de selfies, votre père observe, s’étonne et se fait de nouveaux amis à ses pauses cigarettes. Curieusement il vous rappelle vos premières semaines au Japon, quand vous aussi, faute de maîtriser tous les us et coutumes, vous contentiez d’être vous-même. L’ouverture à l’autre vaut toutes les étiquettes et c’est votre papa casanier qui vous le rappelle. Au moment de leur départ, devant la navette pour l’aéroport vous savez déjà que votre père insistera pour aider l’employé du bus à charger sa valise mais vous savez aussi que pour cet employé, c’est socialement important que ce soit lui-seul qui le fasse…

Une phrase en français, un sourire et la valise sera rangée. Votre père ne changera plus et c’est très bien comme ça.

(Re)découvrir l’épisode précédent > Un Alsacien au Japon – épisode 655

Encore + Or Piste

Tout Or Norme format poche

Restez connectés avec l’Art, la Culture et les projets Or Norme.

  • Télécharger dans l'AppStore
  • Disponible sur Google Play

Or Norme : tous les jours.

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières actualités strasbourgeoises.