Temps restant : 3 min

Retour aux sources

518 jours (et oui, vous avez tenu le compte) que vous avez quitté l’Alsace, 18 mois de découverte, d’étonnement, de joie mais aussi parfois de solitude. N’y tenant plus et profitant de deux invitations à des mariages, vous avez pris un vol pour la France : un mois à Strasbourg pour un retour aux sources.

Le billet à peine réservé, vous prévenez tout le monde. Famille, amis, on veut que vous veniez manger à la maison et l’on vous propose également de vous loger. Une spontanéité qui fait chaud au cœur sauf qu’à force de dire oui à chacun, votre planning commence à ressembler à la Route des Vins ! Il faut être honnête, il y a plus grave dans la vie et vous aviez de toute façon prévu de renouer (enfin) avec la gastronomie alsacienne… On argumente avec les spécialités maison, du type “je te ferai mon fameux baeckeoffe”, on garde de côté une bonne bouteille et on vous réserve la chambre d’amis qu’on vient justement de terminer, bref, impossible de refuser (vous êtes trop content pour cela).

De votre côté, vous listez les cadeaux à ramener. Naissance du petit dernier, pendaison de crémaillère, sans oublier les mariages, votre valise va prendre des airs de hotte du Père Noël et votre mois de septembre va se transformer en un 24 décembre sans fin. Les copains ont déjà prévu de vous amener voir les nouveaux lieux strasbourgeois, et vous vous réjouissez également de retrouver vos petits repères et autres habitudes.

Côté famille, on est à deux doigts de bouder un peu, justement à cause des copains. On aimerait l’exclusivité totale, votre chambre est déjà prête et votre mère a déjà pris soin de vous demander ce que vous vouliez manger. Même les voisins de l’immeuble sont au courant de votre retour. Vous n’y couperez pas ! Un agenda chargé donc mais que de sourires à venir.

Ceci étant, l’euphorie de l’annonce une fois passée, vous commencez à ressentir une sorte de trac. Vous imaginez ces retrouvailles, est-ce que certains auront pris un coup de vieux ? Moins de cheveux sur le haut du crâne ? Un petit bidon ? Même chose pour vous, vous avez dû sûrement changer en un an et demi… Vous savez déjà qu’on va vous demander inlassablement si vous parlez japonais (la réponse : pas vraiment) et la seconde question risquera fort d’être “tu rentres quand pour de bon ?”. Mais vous réfléchissez trop loin, pour le moment vous appréciez ces préparatifs et savourez l’idée de retrouver les gens que vous aimez. Une question demeure cependant : qui viendra vous chercher à l’aéroport ?

(Re)découvrir l’épisode précédent > Un Alsacien au Japon – épisode 69

Encore + Or Piste

Tout Or Norme format poche

Restez connectés avec l’Art, la Culture et les projets Or Norme.

  • Télécharger dans l'AppStore
  • Disponible sur Google Play

Or Norme : tous les jours.

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières actualités strasbourgeoises.