Aedaen Gallery : Maison de Force ou le règne des faibles

Partager

« On doit échapper à l’alternative du dehors et du dedans : il faut être aux frontières. La critique, c’est l’analyse des limites et la réflexion sur elles. »
– Michel Foucault –

AEDAEN Gallery accueille, du 25 septembre au 17 octobre, le collectif engagé Eaux Fortes pour une exposition d’exception. Transformant la fameuse galerie en véritable lieu de vie, le parcours artistique Maison de Force vous plonge dans une expérience hors norme, esthétique, réflexive et sensible.

26 artistes internationaux sont ainsi invités à interroger la notion de « force » dans la construction de notre imaginaire collectif. Les œuvres exposées décortiquent les relations de pouvoir, analysent la mécanique des modèles asservissants, et identifient des moyens de les démanteler, les déconstruire, et d’entrer en résistance. Pour beaucoup, les pratiques de ces artistes peuvent être vues comme des recettes magiques libératrices, permettant d’imaginer autrement nos relations sociales.

Physique des corps

L’exposition Maison de Force propose un parcours polyphonique et initiatique qui révèle les enjeux socio-politiques des imaginaires émanant de ce que l’on nomme “faiblesse”. En contre-point, associée à la violence autoritaire et figure du “héros”, la force est valorisée pour sa capacité à soumettre et dominer. Attribut physique et apologie de la virilité, la force est constamment opposée au fait d’être une “victime” “sensible” et “vulnérable”. Omniprésentes dans notre quotidien, les images de la force imprègnent donc nos imaginaires collectifs. Les représentations qui en découlent sont à interroger pour penser différemment nos relations, qu’elles soient intimes, publiques, entre les corps et dans nos environnements. En questionnant la nature des représentations de la force qui peuplent notre quotidien, mais surtout, en mettant en lumière des “forces” passées sous silence, oubliées, méconnues ou encore insoupçonnées, l’exposition Maison de Force s’attaque aux idées reçues et donne matière à rêver.

Rites de passage

Au sein d’une scénographie immersive, construite à l’image d’une maison idéale, le collectif Eaux Fortes rassemble des œuvres de provenances artistiques, politiques et géographiques diverses, qui, toutes, négocient avec l’impératif de la force violente comme condition à l’ordre, et analysent les rapports qui découlent de ces impasses. Cet abri, dans lequel se dessine le parcours de l’exposition, est imaginé comme un lieu d’expériences, de partage et de rencontres pour les œuvres et le public : un dispositif pensé à la fois comme une zone d’initiation et un espace de débat, d’échange et de réflexion collective sur l’avenir de nos mondes. Cette exposition et le parcours d’expériences qu’elle propose aux visiteurs, rappellent l’importance de la parole des artistes dans le débat social et l’analyse de la contemporanéité.

Les artistes

Sylvie Blocher, Edwige Aplogan, Emo de Medeiros, Tabita Rézaire, Geneviève Aïssi, Thiemoko Claude Diarra, Bettie Nin, Jean David Nkot, Eric Androa Mindre Kolo, Paola Guigou, Beya Gille Gacha, Ghizlane Sahli, Cléophée Moser, José Aparício Gonçalves, Hoàng Lê, Tickson Mbuyi, Ida Simon Raynaud, Precy Numbi, Mickaël Dragicevic, Nyaba Leon Ouedraogo, Nathalie Seiller et Caroline Veith, Anita Mobando a.k.a. New mama, Mour Fall, Marie Edith Charni Robinne et Lucie Nichelmann. Avec une projection spéciale de François Knoetze, une performance inaugurale d’Eric Androa Mindre Kolo et du collectif Eaux Fortes, et l’aimable participation des chercheur.ses Yves Citton, Kahena Sanaâ, et du laboratoire Hyperthèses (Robin Birgé et Sarah Calba).

Le collectif Eaux Fortes

Eaux Fortes est un collectif d’action artistique et de recherche qui réalise des créations et des événements artistiques qui mettent au défi les frontières. Le collectif s’illustre particulièrement dans l’organisation de temps forts et de projets artistiques collaboratifs qui défendent la parole de l’art dans le débat social et permettent d’approcher les phénomènes qui agitent l’actualité cosmopolitique. Formé par les déplacements, composé d’auteur.e.s, chercheur.e.s, d’artistes et de meneur.se.s d’actions culturelles trans-géographiques, le collectif s’inscrit dans un réseau élargi d’acteurs du changement par la création, aux côtés desquels il apparaît en présence dans des projets de collaboration et d’événements d’envergure (BISO, Dakart, SUD, Moving Frontiers, Yif Menga).

 

Maison de Force
AEDAEN Gallery, 1A rue des Aveugles, Strasbourg
Du 25.09.2020 au 17.10.2020
Vernissage privé et visite presse en avant-première le jeudi 24 septembre 2020 à 17h.
Vernissage public le vendredi 25 septembre 2020 à partir de 17h.

La page FB d’AEDAEN
La page FB du Collectif

Site Web

Instagram

#