Chantal Regairaz «Pour le TNS, 2021 sera une année capitale…»

Partager

– article publié dans Or N°38 dans le cadre du dossier SOS Culture –

Le TNS fait partie des « poids lourds » du secteur de la culture à Strasbourg. L’institution de la place de la République n’a donc évidemment pas ressenti les effets de la crise sanitaire de façon aussi aiguë que nombre d’autres structures culturelles ; mais elle a eu à faire face aux mêmes contraintes…

C’est Chantal Regairaz, la souriante et toujours efficace secrétaire générale du TNS qui a tiré avec nous le bilan des mois passés et évoqué les perspectives des mois à venir. « Nous nous parlons en cette fin juin et je voudrais évoquer avec vous en tout premier lieu l’impact de la crise sanitaire sur la vie artistique du TNS. Au final, quatre spectacles ont été annulés mais deux d’entre eux ont été reprogrammés dans le cadre de la saison qui va s’ouvrir. Ce qui, entre parenthèses, va porter le nombre de rendez-vous à 20 au lieu des 16 à 18 habituels. Evidemment, je me projette ainsi dans le cadre d’une saison qui se déroulerait normalement, à l’heure où je parle rien d’autre ne peut être évoqué sérieusement.

Du côté financier, l’impact négatif est encore à affiner, mais il sera d’environ 360 000 €. Cela correspond aux pertes en billetterie, en revenus des tournées et aussi à l’impact du maintien des salaires de nos équipes durant toute la période de l’arrêt total d’activité. Sur le plan humain, nous avons insisté sur l’accompagnement des salariés durant les mois passés. Nous avons aussi découvert le télé- travail pour les métiers où cela était possible. Nous en avons fait des découvertes : ainsi, annuler une représentation dans la grande salle, c’est trois jours de travail pour la grande armée des invisibles du TNS : les techniciens, les monteurs de décors, les éclairagistes, les gens du son… Nous avons aussi découvert la réalité d’une telle crise, avec ces scénarii qui changeaient quasiment chaque semaine. Difficile de s’adapter mais les équipes y sont parvenues… »

Chantal Regairaz

LA TRAVERSÉE DE L’ÉTÉ… ET CELLE DE 2021

En plus des incertitudes réelles sur la situation sanitaire, les travaux programmés dans l’Espace Gruber vont venir compliquer diablement la situation. « Qu’est-ce qui sera effectivement prêt pour 2021 ? Nous ne le savons pas encore » avoue Chantal Regairaz. « Du coup, il va falloir préserver avant tout l’activité artistique et cela concerne les saisons à venir. D’ores et déjà, avec le report des deux spectacles que j’ai évoqué, un engorgement est à prévoir durant la saison qui s’ouvre. 2021 sera une année capitale, il va nous falloir défendre l’activité, nous espérons tous que l’Etat pourra accompagner le TNS durant ces inéluctables moments difficiles… »

En tout cas, ce qui a mis du baume au cœur des équipes, c’est le pari réussi de La Traversée de l’Eté (en deux mois, 40 artistes ont participé à plus de 100 rendez-vous culturels les plus divers) : « Nous en avons été très fiers » sourit la secrétaire générale du TNS. « Dès les premiers rendez-vous, on a senti que l’opération serait un succès. Elle avait aussi pour but de permettre à des artistes de reprendre une activité professionnelle le plus tôt possible, sans attendre septembre. Des auteurs et des comédiens ont pu ainsi retrouver le contact avec le public après trois mois de quasi hibernation. Beaucoup l’ont vécu comme un vrai soulagement. Ce fut pour eux une opportunité formidable… » conclut Chantal Regairaz.

Découvrir la programmation 2020/2021

Le Père, dès le 7 octobre au TNS

#