IS – Jeunes talents

Partager

La gagne d’Elisa

Parmi les trois meilleures Françaises de sa catégorie, Elisa Rohrbach, 11 ans, a décidé de se consacrer au tennis avec pour objectif d’être parmi les premières joueuses mondiales. Rencontre avec la liane du tennis club de Kembs-Niffer, guidée par l’envie de gagner.

Si les entraînements peuvent parfois l’ennuyer, Elisa se transforme en lionne en compétition. « J’aime les matchs et j’aime gagner, lâche la jeune haut-rhinoise. Je suis à fond sur le terrain et dans la vie c’est pareil. » Sa capacité à ne jamais rien lâcher, même en cas de difficulté, a d’ailleurs convaincu Patrick Simon, ancien entraîneur d’Amélie Mauresmo, de la prendre sous son aile la saison prochaine. « Il faisait partie de ceux chargés de détecter les jeunes talents pour la Fédération à Paris, précise Hervé, le papa d’Elisa. Il trouve qu’elle a un potentiel au niveau de la gagne, elle ne flanche pas. Il a décidé de quitter son poste et de revenir ainsi dans sa région natale. » Hervé aussi a quitté son travail l’an dernier pour accompagner sa fille. « Elle a gagné deux tournois nationaux l’an dernier, ses résultats sont prometteurs, j’ai donc décidé de me consacrer à elle. »

« Un tel projet laisse peu de temps au loisir « banals » »

Elisa a démarré le tennis à 4 ans. Quand elle commence à jouer des matchs, elle se découvre une vraie passion. « Les entraînements de tennis, c’est parfois un peu long, alors que dans les matchs il y a un côté challenge que j’adore, sourit la jeune adolescente. J’aime bien aussi l’entraînement physique car ça change. » Steps, foot, badminton, body combat… En plus de ses 12 heures hebdomadaires de tennis, Elisa multiplie les sports pour améliorer ses déplacements, sa latéralité, sa concentration. Et l’école dans tout ça ? « Je prends des cours à distance depuis l’an dernier pour avoir plus de temps pour l’entraînement, précise Elisa. Je me sens beaucoup mieux comme ça, car à l’école je n’avais pas de copines. » Se lancer dans la compétition induit forcément des sacrifices entre absences pour cause de tournoi et priorités différentes des jeunes filles « normales ». « Lorsque l’on a un tel projet, cela laisse peu de place aux loisirs « banals » », mais la passion passe au-dessus », admet son père.
Elisa dit en tout cas ne pas souffrir de cette jeunesse forcément différente. D’autant qu’elle s’épanouit désormais dans son nouveau club de Kembs-Niffer. « Avant, à Rixheim, je n’étais pas intégrée, là j’ai des copines. » Et sur le terrain, comment ça se passe avec elles ? « Dans le match, ce n’est plus une copine », sourit-elle. « C’est un point très difficile, reconnaît Hervé. On voit rarement des affinités par catégorie d’âge car elles sont rivales. » Dans son nouveau club, à 12 minutes à vélo de chez elle, Elisa s’entraîne, suit ses cours à distance, déjeune… « Il y a une bonne ambiance, davantage de vie, elle s’est tout de suite sentie plus à l’aise, reconnaît Hervé. Elle progresse bien aussi grâce à Johnatan Orschritt qui lui consacre du temps trois fois par semaine. »

Son rêve ? Lever la coupe à domicile

Avant le confinement, Elisa participait au minimum à un tournoi par mois. Notamment celui d’Auray qui regroupe les meilleures joueuses internationales, face à des filles d’un an de plus qu’elle. « J’ai perdu au premier tour, je n’avais pas l’habitude de jouer des filles comme ça, j’ai fait beaucoup de fautes. Mais cela ne m’a pas démoralisé, au contraire, cela me donne envie de me surpasser. »
Durant le confinement, Elisa a dû s’arrêter de jouer. « J’ai fait un peu de mur, beaucoup de physique, mais j’ai très vite retrouvé le sens du jeu et les sensations à la reprise », confie-t-elle. Son mois d’août, elle l’a consacré au tennis et pensait déjà à la saison suivante où elle souhaite se frotter à un ou deux Tennis Europe, tout en continuant ses cours à distance.
Impressionnée par le jeu des joueuses professionnelles qu’elle a pu voir aux Internationaux de Strasbourg, Elisa rêve d’y jouer un jour. « J’aimerais bien qu’elle lève la coupe à domicile, sourit son père. De mon côté, j’aurais rempli ma mission quand elle fera partie du tableau principal à Roland-Garros. Mais la route est encore longue. »
Partageant le même objectif, le père et la fille ne perdent pourtant pas de vue que tout peut s’arrêter un jour. « Elisa va être très grande, elle a déjà eu quelques blessures. Nous veillons à ce que cela n’arrive plus, confie Hervé. Après, quand on voit le sourire qu’elle a, nous ne pouvons que l’encourager à continuer. » Classée 15 – elles sont trois en France dans sa catégorie – Elisa cherche actuellement des sponsors pour l’aider à financer ses déplacements de la saison estimés à 20 000€. Si l’idée d’aller un jour en Académie n’est pas écartée, pour l’heure Elisa préfère rester avec ses parents et son père super investi.

 

Lina, la conquérante

Déjà classée 15.1 à tout juste 9 ans, meilleure joueuse française de sa catégorie, Lina Misslimi s’entraîne à fond et avec passion avec l’objectif avoué de devenir numéro 1 mondiale. Rencontre avec une jeune pousse précise et ultra perfectionniste, malgré son jeune âge.

Finalement, cela ne fait pas très longtemps que Lina joue au tennis. Elle a débuté à six ans et demi dans l’Essonne et s’est très vite faite remarquer. « J’ai tout de suite aimé le jeu, mais au tout début, je ne jouais que pour faire du sport. Quand Benoît Bignol dans mon ancien club m’a dit que je jouais bien, j’ai commencé à jouer de mieux en mieux, à regarder dans les détails », raconte Lina. Ultra posée pour une petite fille de 9 ans, Lina a rejoint dès 8 ans le groupe des 10-12 ans. « Et là je m’y suis mise encore plus à fond ! Depuis un an où nous sommes arrivés en Alsace, je vais à l’école le matin et l’après-midi je suis les cours du CNED, comme ça, j’ai plus de temps pour m’entraîner. »

Une chambre transformée en terrain pendant le confinement !

Un rythme intégré qui lui a permis de bien vivre le confinement. « Je partais courir tous les jours avec mon entraîneur et on a joué sur un terrain avec mon père, confie-t-elle. Mon papa a aussi vidé notre chambre et mis du scotch entre les murs pour faire un filet. Du coup on s’entraînait tous les jours une heure et demie avec mon petit frère, cela m’a permis d’améliorer des choses. » Un petit frère également prometteur puisqu’il fait parti des trois meilleurs français de la catégorie des six ans. « Lui aussi il veut devenir pro », se réjouit Lina. Une gagne inscrite dans leurs gènes ? « Personne ne joue au tennis dans la famille, s’amuse-t-elle. Mais mon papa faisait partie de l’une des meilleures équipes de handball du Kosovo. Nous sommes venus en France pour le travail. »
La plus belle victoire de Lina ? « Quand je suis devenue numéro 1 Française des 2010 à Echirolles en 2019. J’ai surtout ressenti beaucoup de joie. »
Attaquante, Lina n’est « jamais stressée sur le terrain », reconnaît-elle. « Je suis détendue, peu importe qui j’ai en face. Cela ne m’intéresse pas celle qui est en face, je joue mon jeu et je veux gagner ! Quand je perds, bien sûr que je suis un peu triste, mais je sais où j’ai fait des fautes et je travaille pour m’améliorer. »
Ses points forts ? Son coup droit, son service, et la volée. « Je suis précise et technique, je m’entraîne vraiment à fond. Je veux être numéro 1 mondiale », sourit la fillette au moral d’acier. Si elle n’a pas de temps pour les réseaux sociaux, Lina regarde beaucoup de match sur Youtube. « Les professionnels sont mes modèles, j’adore observer leur jeu. J’aime beaucoup Justine Hénin pour son style. Elle me fait penser à Roger, mon joueur préféré, elle a un revers à une main parfait, comme lui ! »
Début dans le Tennis Europe
A-t-elle encore du temps pour des loisirs de petite fille ? « Des fois le week-end je vais courir, mais c’est tout. J’ai vraiment l’ambition de devenir professionnelle, il faut faire les choses avec sérieux, sinon cela ne marche pas. » Etonnante de maturité, Lina consacre 12 heures par semaine aux entraînements de tennis ou physique. Avant le confinement, elle participait à deux tournois par mois, toujours en France. « Mon objectif pour la saison prochaine est de monter à 4-6 et de gagner un tournoi européen », précise Lina qui a passé son été entre stages à Nîmes et Saint-Raphaël et TMC (tournoi Multi chances) à Dijon. « Mon rêve c’est de gagner les quatre Grands chelems », lâche-t-elle dans un sourire.
Lina n’imagine pas du tout une éventuelle carrière avortée. « Mon cerveau ne pense qu’au tennis et à l’école, à ma vie et à l’instant présent, souligne la fonceuse. Si cela devait s’arrêter, je ressentirais beaucoup de tristesse, je fais très attention à ne pas me blesser. Mais si ça s’arrête, je continuerais dans le sport, la natation ou le double saut dans le sable. »
En Alsace que depuis un an, Lina n’a pas encore pu assister aux Internationaux de Strasbourg mais espère pouvoir s’y rendre cette année. À ses côtés durant l’interview, son papa ne cache pas sa fierté. « Je suis fier d’elle et de mon fils, comme tous les parents, sourit-il. J’espère qu’ils y arriveront tous les deux, mais il y a beaucoup de travail encore. » Cette saison, Lina veut se frotter au TCPP et au tournoi d’Auray, tous deux réputés pour regrouper les meilleurs joueurs internationaux. « Je vais y aller tranquille », conclut la jeune pousse qui fait définitivement preuve d’un mental de dingue !

Lou, la combative

Coupée dans son élan par le confinement, Lou Baudouin, 16 ans, s’est révélée encore plus combative dès la reprise. Particularité de la joueuse de l’ILL TC Strasbourg qui vise aussi un classement mondial : elle poursuit sa scolarité en emploi du temps aménagé, en plus d’un entraînement hebdomadaire intense.

La saison dernière, elle a manqué de 10 points sa montée dans le classement. « L’International tennis fondation n’a pas comptabilisé les points des deux matchs que j’ai gagnés la dernière semaine d’août au Liban, précise Lou Baudouin. Mais je ne prends pas le classement en compte si j’ai un bon niveau de jeu : depuis que j’ai repris après le confinement, j’ai énormément progressé. Finalement, prendre l’air pendant deux mois m’a fait du bien, je suis encore plus motivée. »
Tout l’été en stage et tournois en France et en Europe, Lou considère que c’est encore mieux que des vacances. « On est entre copines, on joue au tennis, on parle anglais car les filles viennent du monde entier, c’est génial. Mon objectif c’est d’atteindre mon meilleur niveau, je préfère ne pas me projeter, mais je me donne à fond, je fais mon max. »
Malgré les sacrifices que cela implique, Lou ne faiblit pas et avoue dans un sourire un rêve : jouer les qualifs des Internationaux de Strasbourg.
« L’an dernier Evita Ramirez, qui a un an de plus que moi, a réussi cet exploit de dingue, elle a joué le premier tour et est passée moins 15, elle a vraiment progressé », admire Lou. « Mais elle n’a pas le tempérament de Lou, elle est plus sérieuse », sourit son père. La jeune femme ne se laisse pas démonter pour autant. « J’ai déjà joué en match par équipe la 110e mondiale, j’ai perdu 6-3, 6-3, c’était une super belle expérience ! » Une répartie qui reflète bien son jeu sur le cours. « Je suis plutôt une contreuse, je prends mon temps sur le cours, j’analyse, l’une de mes grandes qualités, c’est la combativité, je ne lâche rien. »

« Mon fil conducteur, c’est de garder un niveau d’études et de ne rien lâcher sur le tennis »

À l’inverse de ses copines ou adversaires qui visent le circuit pro, Lou n’a pas arrêté sa scolarité et passe en Première, en horaires aménagés, au lycée Jean-Sturm. « C’est quand même un handicap car j’ai moins de repos que les filles déscolarisées, j’ai plus de contraintes, reconnaît Lou. J’ai environ 20 heures de cours et 18h à 20h d’entraînement par semaine. » « Parmi les meilleures françaises de sa catégorie, elle est l’une des seules encore scolarisées, confirme son père.  C’est très compliqué de devenir joueuse pro, nous souhaitons lui donner sa chance, mais ne pas tout miser là-dessus. Son objectif est d’obtenir une bourse dans une université américaine grâce au tennis, et de poursuivre un entraînement intensif. »
« Mon fil conducteur, c’est de garder un niveau d’études, car en vrai, c’est compatible, il faut juste s’organiser, rebondit Lou. Je reste confiante, car on a l’exemple de joueurs qui ont percé après leur college aux Etats-Unis, comme Diego Schwartzman ou John Isner. »
Sociable, enjouée, visiblement bien dans sa tête et dans ses jambes, Lou semble mener sa barque sereinement, jonglant au quotidien avec ses deux objectifs. « J’ai un projet mais pas que « pro ou rien », lâche-t-elle. C’est un projet plus rationnel que celles qui ne rêvent que d’être dans les TOP 10 mondial, mais néanmoins très sérieux. »
Depuis la rentrée, elle s’est entourée de deux coaches plus expérimentées pour encore progresser. « Ma sparing numéro 1 c’est Joanna Tomera, elle fait partie des trois meilleures Alsaciennes, et grâce à elle, je progresse vraiment. On forme une team avec Anna Schlagowski, ma coach physique, on a monté toutes les trois un projet précis, on se soutient, on s’entraide. Joanna, c’est un peu comme ma grande sœur, quant à Anna, limite elle fait notre éducation ! »
Loin de s’isoler, Lou a besoin d’être entourée. Des copines, elle en a plein à Sturm, et elle adore passer du temps avec elle, « même si c’est compliqué à gérer. Je les ai vues après le confinement, mais maintenant, je vais devoir faire des sacrifices, me concentrer sur le tennis et rien d’autre. Quand on est en stage, on ne parle que tennis, c’est très différent. »
Après deux mois d’entraînement et de tournois à gauche à droite, Lou a tenté les pré-qualifs à Reichstett pour les Internationaux de Strasbourg. À l’heure où nous bouclions ce numéro, nous ne connaissions pas ses résultats. Mais une Strasbourgeoise sur le central des IS, cela nous ferait une nouvelle fois bien kiffer !

© Nicolas Roses

 

#