IS vs COVID // Face à la crise COVID, les IS toujours plus (éco)-responsables

Partager

Adaptabilité, éco-responsabilité : le staff des Internationaux de Strasbourg est à pied d’œuvre depuis sa décision de reporter le tournoi pour qu’il se déroule dans les meilleures conditions sanitaires, dans le respect des préconisations évolutives de l’Agence régionale de santé et de la WTA. Le tout, sans oublier la dimension écologique du tournoi qui monte encore d’un cran son éco-responsabilité pour cette édition 2020 particulière.

 

Tester, distancer, masquer, remercier… Et savourer ! Quelques mots qui pourraient assez bien résumer l’état d’esprit du directeur des Internationaux de Strasbourg, Denis Naegelen. En lien étroit avec l’Agence régionale de santé et la WTA, les dirigeants du tournoi ont suivi de près les recommandations sanitaires qui ont évolué tout l’été et décidé d’aller encore plus loin en permettant au grand public de se faire tester sur place. « Les gens qui viendront ne seront pas testé obligatoirement, nous leur prendrons la température, même si cette mesure n’est pas sûre à 100% car si quelqu’un a pris un doliprane avant, il n’aura plus de fièvre, rappelle Denis Naegelen. Nous avons en revanche proposé à l’ARS de monter une tente pour que le grand public puisse se faire tester sans avoir à attendre des heures devant un labo. » Pour ce faire, il suffira de vous munir de votre carte vitale comme pour tout test et les résultats vous seront transmis par email. « À chaque acheteur de billet, nous recommandons également de télécharger l’application STOP COVID avant de venir aux Internationaux de Strasbourg », souligne le directeur.

 

Des tests tous les 5 jours pour les joueuses et le personnel

Pour la partie pro, 2000 tests seront réalisés entre les joueuses et le personnel qui compte 150 personnes. En cas de tests positifs, joueuses ou staff seront isolés et l’ARS se chargera de tracer les personnes en contact, « pour qu’elles puissent redoubler de prudence. » Tout ce petit monde devra être testé tous les cinq jours, les joueuses débarquant pour la plupart du tournoi de Rome et continuant à Roland-Garros après les Internationaux de Strasbourg. « L’un des effets indirects du COVID, c’est que nous aurons un tableau très fort, plus fort que jamais, car pour une fois, il n’y aura aucun autre tournoi par ailleurs cette semaine-là, se réjouit Denis Naegelen. Toutes les joueuses sont en recherche de confiance, car elles ont peu joué cette année, et les IS sont un formidable réglage sur terre battue avant Roland-Garros. »

Dans les gradins, il a été décidé en dernière minute d’exiger le port du masque, même assis. Les groupes seront également distancés d’un mètre. « Les chiffres laissent penser que nous devrions avoir des tribunes à 65% remplies », confie Denis Naegelen.

Le masque sera également obligatoire pour toute circulation dans le village VIP ou au restaurant. « La salle de restauration sera conforme aux recommandations sanitaires pour les restaurants « classiques », précise Denis Naegelen. Nous devrons arriver avec un masque et respecter le sens de circulation. Le dos d’une chaise devra être distancé d’un mètre avec celle de derrière. Nous allons donc perdre 35% de surface, mais nous serons plein ! » Avec un objectif clairement affiché : être rassurant aussi bien pour le public que les partenaires du tournoi.

 

Zéro plastique, des arbres replantés

Responsables face à la crise sanitaire, les IS n’en seront pas moins éco-responsables. Evénement sportif numéro 1 en matière d’éco-responsabilité, le tournoi va encore plus loin cette année pour diminuer son empreinte carbone. « Pour un bilan carbone zéro, c’est simple : il suffit de payer pour replanter des arbres, rappelle Denis. Cette année, nous le ferons partiellement. Les arbres et arbustes de l’allée VIP seront offerts à la Ville de Strasbourg pour être replantés. La WTA est également en pleine réflexion pour augmenter son budget sur ce point. » L’autre grande nouveauté sera l’interdiction de tout plastique à usage unique sur le tournoi.

Pour le reste, les IS continuent sur leur lancée. Côté déplacements, avec l’utilisation de véhicules électriques pour les transports officiels. Les organisateurs encouragent également l’utilisation des transports en commun grâce à une réduction du prix du billet pour toute personne se rendant au tournoi en tram. Côté food, place aux produits locaux et de saison, en majorité bio, en proposant des déjeuners VIP représentant en moyenne 565,8 g de CO2 émis par couvert, contre 2 200g de CO2 en moyenne, selon les chiffres de l’ADEME. Soit 2500 repas VIP servis sans bœuf ni veau, des viandes à l’impact carbone très élevé, remplacées par la volaille et le poisson.

Personnel soignant invité

À fond dans l’upcycling, les organisateurs recyclent tout ce qu’ils peuvent, du mobilier aux moquettes en passant par les bâches du tournoi ou les balles de tennis. Sachez que si vous ramenez 12 balles usagées, il vous en sera données trois neuves. Au bout ? Des tapis de sol offerts aux écoles et aux hôpitaux. Ingénieux. En partenariat avec Bouchons d’Amour 67, les IS encouragent aussi le grand public à ramener ses bouchons en plastique. Après 600 bouchons récoltés en 2019, le tournoi espère bien en récolter le double cette année.

N’oubliant pas non plus à quel point notre région a été martyrisée par le COVID, les organisateurs du tournoi ont souhaité remercier le personnel soignant, pompiers et brancardiers compris, en offrant 600 invitations les trois premiers jours du tournoi. « La philosophie qui nous anime est de nous dire, essayons de faire plaisir, en priorité à ceux qui ont été en première ligne au plus fort de la crise », confie Denis, qui rappelle également l’engagement général du tournoi pour la place de la femme dans la société.


Denis Naegelen © Chrsylène Caillaud

#