La Chronique d’Aurèle in the City – Wedding Party !

Partager

Or Norme a le plaisir, dès aujourd’hui, d’accueillir Aurélie Rigaud, l’attachée de presse préférée du « tout Strasbourg », pour ses premiers pas de chroniqueuse ! Aurèle, donc, « in the city », comme il convient, car cette toujours pétillante (comme le champagne qu’elle affectionne😉) jeune femme connaît mieux que personne, les codes, les lieux et les secrets du Strasbourg qui bouge et qui vit !  C’est désormais au travers de cette chronique qu’elle vous dévoilera régulièrement ses états d’âme, ses ressentis et…ses secrets aussi.C’est aussi à un voyage dans le temps, dans son temps, auquel Aurèle nous invite, en toute intimité. Bienvenue Aurèle dans la team Or Norme !

WEDDING PARTY !
Septembre 2019

Je ne sais pas exactement pourquoi les quelques lettres que forment le mot MARIAGE me sont si difficiles à prononcer alors que la version anglophone me semble si naturelle… ?

Question de sonorité ? De style ? Ou plus sincèrement d’appréhension ? MARIAGE : union légitime de deux personnes dans les conditions prévues par la loi. Vu comme ça, on ne peut pas vraiment parler de romantisme (dont la définition peut parfois faire débat) mais plutôt d’enferment amoureux si effrayant que le jour J peut rapidement se transformer en véritable débandade. N’évoquons donc pas ici les craintes teintées de stress et de doute à quelques heures du grand jour et encore moins les émotions (trop) sentimentales qui mènent pour certains, dont Monsieur Jambon Beurre, à quelques ébats privés de préliminaires…

Me voilà civilement Madame Je ne sais pas. Il parait que cela ne changera rien (je confirme, à date, cela n’a rien mais alors vraiment rien changé !). Au contraire, cet acte facilitera des démarches administratives et enfin je ne serai plus obligée de légitimer mon statut de maman. Je me dis qu’après plus de 13 ans de vie commune et quelques centaines de coupettes, on se connaît plutôt bien. On a trouvé notre rythme de croisière, un voyage à la météo variable mais bien ancré. On se rassure en pensant que ce passage devant un élu de La République Française n’est qu’une formalité dont la DLC peut prendre fin plus rapidement qu’aura demandée l’organisation d’une wedding party.

Je n’ai jamais rêvé d’un mariage (oui, j’ose !). Ni celui d’une princesse stéréotypée. Ni celui aux reflets dégoulinants d’une divine idylle trop naïve à la Barbie et Ken.
En revanche, je pense depuis un long moment que Monsieur Je ne sais pas est bien celui qui a su m’attendre, me protéger, m’apaiser. Il est celui aux allures d’homme redoutablement charmant, empreint de ses forces et de ses faiblesses. Il est celui qui partage avec moi le quotidien d’une vie extra dans un ordinaire parfois lourd. Monsieur Je ne sais pas a depuis bien longtemps mis KO les démons, les incertitudes et les blessures qu’une jeune femme alors âgée de 28 ans au moment de leur rencontre était en droit de ressentir.

156 mois plus tard, j’ai donc dit YES, enfin, OUI. En tailleur pantalon, simple et efficace comme il aime mais avec une magnifique paire de Jimmy Choo qui déchirent. Sans froufrou. Sans alliance, si symbolique, trop pour nous me semble-t-il. Je crois que nous n’avons pas besoin de symbole pour croire en nous même si je retiens quelques images représentatives de notre histoire comme notre premier dîner au fameux Cornichon Masqué. Nos vacances au fin fond de L’Andalousie. Nos pommes/cannelle. Notre premier séjour à Marrakech, coup de foudre commun qui nous ramène chaque année depuis plus de 13 ans dans la ville rouge. Et puis la découverte de La Petite Plage, de La Paloma à Mougins, juste toi et moi. Et puis… Et puis…
Et puis ça fait beaucoup de bonheur…. Et je me sens plutôt chanceuse (j’ai comme l’impression que les femmes célibataires de ma génération ont du mal à trouver chaussure à leur pied malgré l’offre à priori assez fournie…).

LOVE ON THE TOP comme dirait Beyoncé ? Je me le souhaite mais comme Monsieur Je ne sais pas le dit si bien, nous n’avons pas les supers pouvoirs d’une Madame Soleil. Alors laissons-nous embarquer dans cette nouvelle étape aux airs de fête. Sans boule au ventre, ce serait trop con de se faire mal sans avoir mangé un paquet entier de Fingers au chocolat ou quelques sorbets melon/fraise/citron et sans avoir trop bu. Sans promesse non plus, elles sont parfois trop difficiles à tenir…
Préférons la formulation « on verra » qui a plutôt bien fonctionné jusqu’à présent (de toute façon il dit toujours OUI in fine) tout en restant ce que nous sommes, ce que nous sommes devenus l’un à côté de l’autre, l’un avec l’autre.

JUST MARRIED…

Crédit photo : Anne Lienhart
Mise en beauté : Candice Mack
Coiffure : Kraemer Paris
#