Le jeudi des 2 J – Edito

Partager

Alors que chez nos amis des Galeries Lafayette les 3 J battent leur plein avec une foule de réductions conséquentes sur presque tout le magasin, Strasbourg vient de déposer son propre concept et il n’a pas fallu longtemps pour que tout le monde en parle.

En moins de 24 h, les 2 J sont déjà dans toutes les conversations.

Les 2 J, c’est un duo de femmes qui fait marcher tout le monde à la baguette. Oui, tout le monde, les mecs compris (une pensée émue pour l’ultra-féministe Alice Coffin, toujours branchée sur le sectaire).

En moins de 24h donc, les 2 J, deux femmes, deux strikes retentissants…

La première, Jeanne (Barseghian) a néantisé le 450ème Marché de Noël de Strasbourg. La maire de la capitale alsacienne a décidé qu’aucun des 300 chalets composant le Marché de Noël ne serait installé. Bien sûr, selon le communiqué officiel (ah ! le bonheur du vocabulaire trituré à l’extrême…), il y aura quand même un Marché de Noël avec le grand sapin illuminé, le mini-arbre bleu du Michel-Ange des lumières, le local Pierre Bardet, et les décorations habituelles. Mais bon, tout le monde a compris : un marché de Noël sans marché c’est tout sauf un marché donc c’est pas un marché de Noël, hein !

Le deuxième strike, c’est Josiane (Chevalier, la préfète) qui l’a exécuté dans la foulée. La place de la République a répliqué à la place de l’Etoile. Dès ce samedi 0h, ce sera soirée-pyjama chaque soir à partir de 21h et au moins pendant les cinq prochaines semaines. C’est un hiver aux températures quasi printanières qui est venu s’abattre en un quart de seconde juste après 17h quand notre Premier ministre des territoires a dit Bas-Rrrrrhin, avec son rocailleux accent catalan.

C’était le jeudi des 2 J…

Que personne ne s’y méprenne, si on préfère en (sou)rire comme ça sur le coup dans cet édito Or Norme, on sait très bien la détresse qui habite désormais des milliers de gens. Après le confinement du printemps, l’été à cloche-pied et ce début d’automne empêtrés dans cette cohorte de protocoles, de gestes barrières, de masques et de tests, l’annulation du Marché de Noël 2020 et l’établissement du couvre-feu arrivent comme des coups de grâce. Il y aura beaucoup d’entreprises qui ne s’en remettront pas. Il y aura des licenciements secs, du malheur, du désespoir…

Il y aura aussi ensuite, forcément, beaucoup à modifier, beaucoup à reconsidérer, beaucoup à (ré)inventer et beaucoup à éradiquer. Forcément…

Mais pour l’heure, c’est une gigantesque et impitoyable sidération pour des milliers et des milliers d’entre nous…

 

 

Il avait vu juste !
Dessin de Jak Umbdenstock publié le 19 septembre dans le cadre du rendez-vous hebdomadaire Jak’ krok’ l’aktu 

#