L’Observatoire astronomique de Strasbourg dévoile un objet à la valeur patrimoniale exceptionnelle

Partager

Un événement pour les sciences et l’histoire à Strasbourg ! L’Observatoire astronomique, avec l’aide de l’Université et du Jardin des sciences, dévoile au public un objet à la valeur patrimoniale exceptionnelle : un globe céleste de Coronelli.

Un vestige des rois

Les globes de Coronelli, encore appelés globes de Marly, ont été réalisés par Vincenzo Coronelli, moine cartographe et cosmographe, pour le roi Louis XIV à la fin du 17ème siècle. Le globe terrestre présente l’état des connaissances géographiques des années 1670 à 1680, sur les continents d’Asie, d’Afrique, d’Amérique et d’Europe. Le globe céleste, lui, représente le ciel à la naissance de Louis XIV, le 5 septembre 1638.
Conçu en 1697, d’après la 2nde édition des planches établies par le moine pour le globe céleste original (4 mètre de diamètre pour deux tonnes), le globe de Strasbourg (1 mètre pour 80kg), provient d’une petite production en série. Il est arrivé à l’Observatoire astronomique en 1926.
Abîmé par les outrages du temps, le globe a été entièrement restauré par une professionnelle, Mathilde Mouilleron, puis la scénographie de l’objet a été totalement repensée par l’Atelier Nathalia Moutinho qui a enchâssé le globe dans un socle habillé d’un dôme pour le protéger.
Une grande partie du financement de la restauration et de la valorisation du globe a été assurée par l’Université de Strasbourg, avec le soutien du programme Investissements Avenir. Le reste a été financé par l’Observatoire et par 38 donateurs passionnés.

© FB Globe céleste de Coronelli de Strasbourg

Artisanat et technologie

Delphine Issenmann, chargée de l’inventaire et des collections à l’Université de Strasbourg, voit en cet objet un passeur de connaissances : « le globe n’est un objet ni scientifique ni pédagogique, mais un outil de médiation qui fait le trait d’union entre la façon de représenter le ciel à l’époque et la manière dont les astronomes travaillent ici aujourd’hui. » Au-delà de son mode de fabrication et des défis de sa restauration, la présentation du globe permet, en effet, de découvrir aujourd’hui la façon dont on représentait le ciel à l’époque de Louis XIV et de la comparer, grâce à un système de médiation s’appuyant sur les outils du Centre de Données astronomiques de Strasbourg, aux images et aux données astronomiques les plus récentes.
Des projections issues de l’atlas interactif du ciel Aladin, dévoilent ainsi, en semi-transparence directement sur le globe, l’acuité mais aussi les erreurs des cosmographes de l’époque. Un voyage dans l’espace et le temps, comme un hommage à l’épopée qu’est la science.

© FB Globe céleste de Coronelli de Strasbourg

Restauration : Mathilde Mouilleron et Georges Vom Dorp (2019)
Dispositif de protection : atelier Nathalia Moutinho, Flücklinger Agencement, Videlio, Point Carré
Réalisation vidéo : Observatoire astronomique de Strasbourg/Centre de données de Strasbourg avec le soutien de la Bibliothèque universitaire de Strasbourg

Pour en savoir plus
sur l’objet et son histoire
sur la restauration du globe
sur l’appel à don

S’il vous prend des envies de courses aux étoiles, tout est sur le site de l’Observatoire 

#