Savoir-vivre dans le jardin des vignerons

Partager

Au pays du Kougelhopf, l’histoire de la vigne prend son éclat dans les villages qui sillonnent la Route des Vins. Installées à proximité des coteaux ensoleillés, les petites agglomérations attirent l’œil des Alsaciens citadins en quête de flûtes à boire…D’autres profitent du jour dominical pour prendre un bol d’air au milieu des vignes. Ces dernières composent avec le rythme des humains qui tourbillonnent près de leurs feuilles. Le jardin des vignerons exige un savoir-faire rigoureux pour composer des notes de vin, et engendre aussi un savoir-vivre. Coup d’œil sur quelques règles d’or.

Les parcelles de vignes sont délimitées sur un plan cadastral très précis. En Alsace, le vignoble très morcelé peut engendrer des centaines de petits lopins de terre dans un seul village ! Dans tous les cas, chacun d’eux a un propriétaire. En d’autres mots, vous êtes sur un terrain privé.

Les adultes civilisés ne se débarrassent pas de leurs ordures en les jetant à même le sol de leur demeure. À l’instar de cet exemple, il est recommandé de ne pas jeter vos déchets dans les vignes. Ceci inclut vos mouchoirs, bouteilles de bière, et emballages alimentaires. Même s’ils sont petits. Reprenons quelques paroles d’Orelsan : «basique, simple, simple, basique».

Lorsqu’un patchwork de couleurs brille dans le vignoble, les raisins se gorgent de soleil, et d’un chouia de pluie. Ils sont idéalement beaux et savoureux. Au même moment, certains passants jugent que quelques kilos de fruits trouveraient meilleur sort dans leur popote. Après tout, le vigneron ne pourrait pas constater quelques coups de ciseau, et puis cela éviterait d’en acheter…

Petit silence.

Croquer dans quelques raisins permet de découvrir les effluves du vin dans la matière première. Les vignerons sont heureux de partager leur quotidien, et se réjouissent lorsque les amoureux du vin s’intéressent à leurs fruits. Une petite poignée permet de faire cette expérience intéressante. Ceux qui débarquent dans les rangées avec un ton résolument gourmand – et une armée de Tupperware – sont très mal vus.

©Caroline Paulus

Parfois, les vignes dévoilent un rosier en début de rang. Une vieille et néanmoins jolie coutume ; sensibles aux maladies, les roses signalent rapidement les altérations. Pratiques, jolies…et surtout pas à vous ! Ainsi, il n’est pas recommandé de jouer au fleuriste dans les parcelles dans le but d’égayer votre centre de table.

Certains chemins agricoles dévoilent des panneaux liés aux directives de la circulation. Des mises en garde vis-à-vis des engins agricoles et des «sauf ayants droit» annoncent notamment la couleur. Malgré cela, bon nombre de voitures, cyclistes, et mobylettes s’y aventurent – souvent à grande vitesse – en quête d’un trajet plus court. Les parcelles de vignes sont tout autant de petits chantiers à ciel ouvert, et la beauté du paysage n’efface pas les risques.

Dans les villages viticoles, les tracteurs parcourent les rues afin de rejoindre leur terrain de jeu. Leur gyrophare visible tous azimuts ne fait pas le fier à titre de décoration, il signale plutôt la présence d’un engin anormal, dont le poids est généralement en corrélation indirecte avec la vitesse. Signaler votre impatience – votre mépris, voire votre vulgarité – au conducteur ne fera qu’augmenter votre tension artérielle. En effet, ce dernier sait pertinemment qu’il dérange, qu’il fait du bruit, et qu’il roule lentement. Il tente malgré tout de rejoindre son lieu de travail. Et il sait pertinemment que, vous aussi, vous aimez son métier sous l’écho d’un «pop», synonyme d’ouverture d’une bouteille. Respecter une distance de sécurité minimale et éviter les dépassements dangereux protège tout le monde.

La tradition viticole alsacienne dévoile de magnifiques points de vue sur les lianes qui nous abreuvent. Les quelques pistes de savoir-vivre énumérées permettent de trouver le bonheur entre les vignes et les humains qui aiment faire tchin-tchin. Bien que très simples, et remplies de bon sens, ces règles engagent la responsabilité individuelle, et une bonne dose d’empathie. Afin de comprendre un peu mieux, accrochez votre salaire annuel sur un arbre bien visible. À coup sûr, vous ressentirez un soudain élan de protection vis-à-vis de notre belle nature.

©Caroline Paulus

 

#