Temps restant : 3 min

Précurseur, le Graffalgar est l’un des premiers hôtels à s’ouvrir sur la ville dès son ouverture en janvier 2014. Sans parler de son cadre atypique où les street-artists, photographes ou illustrateurs ont eu carte blanche pour s’approprier la déco des chambres et du lieu.

Sur les portes de chaque chambre, le nom de l’artiste qui l’a personnalisée. Sur les murs de chacune, une histoire racontée par chacun : celle de cette photographe qui donne l’illusion que la chambre est encore occupée, celle de ce street-artist qui invite ses hôtes à un jeu de pistes à travers la ville, ou celle de cet artiste qui nous parle du « train-train quotidien ».

Au Graffalgar, la personnalisation va jusqu’à la réservation, puisque les clients peuvent choisir la chambre qui leur convient le mieux. « Je ne comprends d’ailleurs pas pourquoi les autres hôteliers ne font pas ça… Peut-être pour une histoire de confort », commente Vincent Faller, son propriétaire. Un créatif de 45 ans qui a offert à Strasbourg sa vision de l’hôtellerie : un monde ouvert sur l’extérieur, qui doit vivre et évoluer non stop. « C’est fini le temps des hôtels fermés ! Quand je suis arrivé au Mama Shelter à Paris où l’ambiance était à fond au rez-de-chaussée, je me suis dit « ça c’est classe ! » Ça donne aussi aux clients le sentiment qu’ils sont dans « the place to be« . »

Pyjama party et compagnie

S’il fait attention à ne pas créer des events qui dépassent les 23h-minuit, Vincent aime organiser des vernissages, des happenings attirant les Strasbourgeois en masse. Sa « Graffeteria » à la déco vintage se remplit d’amateurs de découvertes artistiques, de voyageurs, de riverains, dans une ambiance détendue et atypique. Parmi eux, deux événements devenus rendez-vous à savoir le barbecue du Graff dans la rue Déserte et la soirée Halloween avec Cluedo géant dans tout l’hôtel. L’année prochaine, Vincent veut aussi organiser un week-end « Mister Freeze » dans son parking de 1000 m2. « Les artistes vont refaire tous les murs en live pendant trois jours, avec concerts, saucisses, et tout ce qu’il faut ! » Considérant les Strasbourgeois comme ses meilleurs ambassadeurs, Vincent leur ouvre aussi les portes de ses chambres lors de pyjama-polochon party une à deux fois par an. « Au menu chocolat chaud, chamallows et batailles de polochons avant de mater des films d’horreur dans les chambres avec pop corn ! »

Un lieu atypique on vous le disait, où l’on aime aussi prendre son p’tit-déj, son plat du jour ou son apéro que l’on soit visiteur ou Strasbourgeois… Un lieu où les artistes ont leur mot à dire et sont rémunérés pour leur travail… Fait suffisamment rare pour être souligné !

 

17, rue Déserte, Strasbourg

Tél. 03 88 24 98 40
www.graffalgar-hotel-strasbourg.fr
Chambre single, familiale et double
À partir de 80€

Encore + Or d'œuvre

Tout Or Norme format poche

Restez connectés avec l’Art, la Culture et les projets Or Norme.

  • Télécharger dans l'AppStore
  • Disponible sur Google Play

Or Norme : tous les jours.

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières actualités strasbourgeoises.