Temps restant : 6 min

En déambulant au sein du centre-ville, peut-être avez-vous déjà remarqué que certains attirails canalisent les regards : un joli bouquet de fleurs, une bouteille de vin, ou encore une simple boîte de pizza ?

Il y a quelques semaines, je me baladais justement avec un carton aux images de parfaites tomates et de feu de bois, qui dégageait une odeur extraordinaire. Contre toute attente, je n’ai jamais autant fait tourner les têtes. Vu mon brushing anéanti par l’humidité du jour, j’en conclus qu’une pizza capte étrangement l’attention. Derrière le célèbre plat italien, il y a celui ou celle qui, d’une main experte, façonne, garnit et cuit la pizza. Afin d’observer de plus près cet art du mangia bene, j’ai récemment rencontré Ali, talentueux pizzaiolo au AEDAEN Place. Nous avons discuté de sa pizza préférée, la AEDAEN. Ayant davantage d’aptitude à goûter qu’à faire tournoyer la pâte à cuire dans mes mains – chacun ses forces – j’en ai profité pour imaginer de sympathiques accords avec des vins. De quoi vous donner des idées pour un soir de semaine où l’envie d’Italie sera plus forte que votre toque de chef.

Ahhh la « pidza »

Tout le monde aime la « pidza ». Celle dont la pâte n’est ni trop fine ni trop épaisse, qui permet d’enrichir son lexique de fromages italiens, et qui donne justement envie d’apprendre la langue de l’amour pour l’été prochain – un genre d’excuse pour partir en voyage. La véritable pizza, c’est aussi celle qui voit apparaître la garniture après cuisson. La fine charcuterie, entre autres, se fond alors délicatement aux côtés d’une poignée de roquette fraîche… J’entends déjà des gargouillements d’estomacs ! À savoir que dans le cas contraire, la viande lâche tout son gras et son sel sur le reste. Moins chic.

À Strasbourg, Ali prépare les pizzas avec un impressionnant tour de main. Fort de ses voyages et de ses expériences professionnelles à l’étranger, il dirige la cuisine du Aedaen Place avec rigueur, tradition, et simplicité. Cette même simplicité qui colore la cuisine italienne. Idéalement situé au centre-ville, le restaurant reçoit toutes les semaines un arrivage immatriculé en I. Ali raconte ses produits avec une passion contagieuse. En témoigne mon soudain intérêt pour le vrai pesto alla genovese, la mozzarella stracciatella, et la fiordi latte.

Tous les jours, la petite équipe accueille une clientèle particulièrement mixte, où se croisent un important nombre de fidèles. Parmi les plus populaires du menu, cette AEDAEN, dont j’énumérerai les ingrédients plus tard. Le directeur de l’établissement, quant à lui, affectionne la pizza bianca Affumicato. Un heureux mélange de mozzarella, de scamorza, de speck, et de basilic. Or, ne cherchez pas la crème ; les pizzas dites blanches n’ont simplement pas de sauce tomate ! Sensible aux demandes veggie et vegan, Ali propose aussi de nombreuses pizzas qui n’obligent pas à jeter tout son dévolu sur les Antipasti – aussi délicieux soient-ils. Les dents sucrées trouvent leur bonheur dans la sélection de desserts maison, incluant une collaboration gourmande avec un artisan glacier d’Alsace.

Accord avec la AEDAEN

La réputée pizza AEDAEN est composée de sauce tomate, de mozzarella fior di latte, de burrata, de tomates cerises, de pesto alla genovese, et de jambon de Parme affiné 18 mois. En d’autres mots, un savoureux mélange de douceur, de fraîcheur, et de salé. Côté textures se côtoient le fondant des délicats fromages et de la charcuterie. Ceci est sans parler de la pâte, qui associe fièrement craquant et moelleux. De quoi rendre jalouse la meilleure des baguettes !  Rien que ça !

Pour les amateurs de vins blancs, je suggère le Vermentino di Sardegna « Opale » 2012, de la Cantina Mesa. Issue du cépage vermentino, cette cuvée tient son nom du latin opalus, qui signifie pierre précieuse. Dans le verre, de charmants arômes de jasmin et de pommes cuites jouent du coude. En bouche, le vin tapisse agréablement le palais d’une texture soyeuse. La finale est légèrement acidulée et minérale. Un vin aussi élégant que le plat, et dont l’indice gourmandise est tout aussi élevé !

Vous préférez le vin rouge ? Optez plutôt pour le Nebbiolod’Alba « Occhetti » 2013 de Prunotto. Le nebbiolo, cépage phare du Piémont, trouve ici ses aises sur les terroirs d’Alba. Au nez, le vin dégage une force aromatique ébouriffante à base de fruits et d’épices. En bouche, les tanins sont fermes, voire asséchants, et une agréable fraîcheur supporte la finale. Une référence à garder sous le coude pour les amateurs d’agneau rôti.

Aussi simple puisse être la « pidza » de vos rêves, celle-ci peut apprécier la compagnie d’un verre de vin. Notez que dans le merveilleux monde des accords, les harmonies de régions sont souvent gagnantes ; c’est pourquoi j’ai opté pour des suggestions italiennes. N’hésitez pas à modifier le contenu de votre verre en fonction des garnitures. La tarte flambée trouve bien son bonheur avec un verre de riesling ! La prochaine fois que vous passerez au Aedaen Place chercher une pizza pour emporter, prenez le temps d’observer le savoir-faire italien du pizzaiolo dans la cuisine ouverte. Et en prenant la route, comptez pour moi le nombre de curieux vis-à-vis de votre belle boîte carrée.

Merci au AEDAEN Place d’avoir pris le temps de répondre à nos questions.
Les vins présentés sont disponibles au Théâtre du Vin, marchand de vins à Strasbourg.
Retrouvez-moi ainsi que d’autres de mes articles sur mon blog Le Cellier de Jess !

(Re)découvrir les précédents articles Les grands vins des petites occasions :
Bagelstein
La Frituur
Pur ETC
East Canteen

 

Encore + Or d'œuvre

Tout Or Norme format poche

Restez connectés avec l’Art, la Culture et les projets Or Norme.

  • Télécharger dans l'AppStore
  • Disponible sur Google Play

Or Norme : tous les jours.

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières actualités strasbourgeoises.